Génération Y, les nouveaux voyageurs d’affaires

Nous voici en 2018. Ceux et celles que nous avons l’habitude de désigner par le terme “Génération Y” ont entre 20 et 35 ans et représentent plus d’un tiers des voyageurs d’affaires. Une proportion qui va bien sûr augmenter à mesure que les derniers baby-boomers et les membres de la génération X prendront progressivement leur retraite.

Quelles sont les aspirations de cette jeune génération en termes de déplacements professionnels ?

La mobilité connectée

La génération Y est celle qui effectue le plus de voyages d’affaires durant l’année – environ 7 par an.

Née avec les nouvelles technologies, elle est accro à son smartphone et aux différents devices connectés dont elle ne se sépare pas en déplacement.

Dès lors, elle est particulièrement sensible aux applications mobiles qui vont lui faire gagner en temps et en productivité où qu’elle soit :

  • Applications de réservations ou de recommandations
  • Applications de géolocalisation
  • Mais aussi applications “business” qui vont lui permettre de communiquer et de travailler à distance : systèmes de messagerie instantanée, outils de gestion de projets en ligne, services de stockage et de partage dans le cloud, etc.

Bien sûr, le fait de trouver du wifi haut débit gratuit sera pour elle un critère prépondérant dans le choix d’un hôtel ou d’une résidence, par exemple.

La sociabilité

La génération Y se définit également par sa sociabilité. Elle est bien sûr particulièrement présente sur les réseaux sociaux pour partager ses expériences, pour trouver informations et conseils notamment en vue de préparer son séjour.

Elle est aussi beaucoup plus susceptible de déposer un avis négatif en ligne concernant son expérience dans les hôtels, les restaurants et les transports (aérien, en commun, en taxi ou en voiture de location): 26% des 34 ans et moins ont d’ailleurs mentionné l’avoir fait dans la dernière année, comparativement à 14% de leurs pairs plus âgés.

De nouvelles expériences

Globalement ouverte aux nouvelles expériences en matière de consommation, la génération Y souhaite et attend d’autres propositions que ses prédécesseurs.

Par exemple, elle est plus encline à adopter des programmes de fidélité que ses aînés. Toutefois, elle n’est pas toujours loyale  envers une marque pour autant. En fait, elle l’est moins que ses aînés et est plus disposée à passer d’une compagnie aérienne ou d’une chaîne hôtelière à une autre, si elle pense que leur programme de fidélisation est meilleur pour elle.

En effet, les voyageurs d’affaires de la génération Y ne recherchent pas les mêmes avantages que leurs collègues. Par exemple, ils sont plus susceptibles d’utiliser des miles aériens et des points en échange d’un voyage gratuit ou à prix réduit, plutôt que pour un surclassement.

L’authenticité

Hyper-connectée, la génération Y n’en est pas moins désireuse de vivre des expériences authentiques. En déplacement, elle appréciera être immergée dans les spécificités locales et aimera résider dans un hébergement typique ou manger dans un restaurant proposant des spécialités du cru. À l’étranger, elle aimera être en contact avec les habitants de son lieu de résidence pour découvrir d’autres modes de vie, d’autres coutumes. En somme, elle rejettera en bloc tout ce qu’elle pourra considérer comme des “pièges à touristes” et sera attirée par les services d’économie collaborative.

La sécurité

C’est quelque chose qui peut sembler surprenant mais une récente étude CWT a montré que la génération Y est la plus susceptible (29%) d’annuler un voyage pour des raisons de sécurité, comparativement à la génération X (20%) ou des baby-boomers (12%). De même, près de la moitié (49%) des membres de la génération Y souscrivent aux assurances, contre seulement 36% de la génération X et 31% des baby-boomers (âgés de 50 à 65 ans).

Le bleisure

Avec la possibilité de travailler de la maison ou de profiter d’horaires flexibles, la génération Y apprend à ajuster son équilibre entre travail et vie privée et cherche de plus en plus d’occasions pour voyager et découvrir de nouveaux endroits.

Le « bleisure », qui décrit une combinaison de voyages d’affaires et loisirs, devient de plus en plus une norme. Ainsi, les voyageurs d’affaires de la génération Y seront plus enclins à prolonger leur séjour pour profiter de leur lieu de villégiature à titre personnel.

Vous aimerez aussi :

Qu’y a t-il dans la tête des voyageurs d’affaires ?

Êtes-vous prêts pour la robotisation des hôtels ?

Commentaires