Comment être vraiment productif sans être complètement débordé ?

Être productif et être débordé ne sont pas la même chose. Beaucoup pensent faire bien en en faisant plus au quotidien. Or, ils ne font que vivre moins et s’épuisent. La réussite tient pourtant davantage du marathon que du sprint sans fin où les accidents physiques, mentaux et émotionnels sont quasi-inévitables. Afin de demeurer productif et d’entretenir votre endurance sans frôler le burn-out, voici les 5 choses dont vous devez quotidiennement apprendre à récupérer :

  • Le travail
  • La technologie
  • Les gens
  • Le sport
  • Être réveillé

L’idée est de parvenir à équilibrer ces 5 domaines et de savoir récupérer afin de pouvoir en profiter pleinement et ne plus jamais se sentir submergé.

Le travail

via GIPHY

Le sur-engagement est quelque chose qui advient lorsque votre perception des exigences au travail est exagérée et que vous voyez votre capacité à gérer les demandes comme étant meilleure que celle de vos collègues moins impliqués (selon vous).

La plupart du temps, il s’agit d’une sorte de distorsion qui vous empêche d’effectuer correctement la balance “coûts/bénéfices” de vos comportements professionnels.

Êtes-vous sur-engagé ?

Faites ce petit test :

Sur une échelle allant de 1 (faible engagement) à 4 (surengagement important), comment évaluez-vous les questions suivantes?

  • Je suis facilement dépassé par les contraintes de temps au travail.
  • Dès que je me lève le matin, je commence à penser aux problèmes de travail.
  • Quand je rentre à la maison, je peux difficilement me détendre et «éteindre» le travail.
  • Les gens proches de moi disent que je sacrifie trop pour mon travail.
  • Je pense au travail, au lit quand je vais me coucher
  • Si je reporte quelque chose que je devais faire dans la journée, j’ai du mal à dormir la nuit.

Au delà d’un score de 12 points, il est clair que vous vous sur-investissez dans votre travail et qu’il est temps de prendre un peu de distance et de parvenir à débrancher…

Pour récupérer du travail : déconnectez

Même si cela est parfois difficile, la récupération doit être partie prenante de votre travail afin de demeurer dynamique, motivé et en bonne santé. Il convient de savoir poser des limites entre votre vie professionnelle et votre vie personnelle. Sans quoi les deux en pâtiront.

Cette récupération repose sur un processus de réduction ou d’élimination des tensions physiques et psychologiques causées par le travail.

Une stratégie de rétablissement particulière qui suscite beaucoup d’intérêt dans les recherches récentes est appelée «détachement psychologique du travail». Un véritable détachement psychologique se produit lorsque vous vous abstenez complètement d’activités et de pensées liées au travail pendant votre absence de travail.

Cela semble assez simple sur le papier, pourtant, peu de gens parviennent à le faire et demeurent toujours «disponibles» à leurs mails et au travail.

Pour ceux qui réussissent, les bénéfices sont multiples :

  • Moins de fatigue liée au travail et moins de procrastination
  • Une motivation beaucoup plus importante au travail
  • Un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, qui est directement lié à la qualité de vie
  • Une plus grande satisfaction conjugale
  • Une meilleure santé mentale

Dès lors, comment faire ?

Lorsque vous êtes au travail, soyez complètement absorbé. Quand vous avez terminé votre journée, détachez-vous complètement du travail et absorbez-vous dans les autres domaines de votre vie.

Si vous ne vous détachez pas, vous ne serez jamais complètement présent ou engagé au travail ou à la maison. Vous serez soumis à une pression constante, même minimale.

Ne culpabilisez pas : La croyance que vous devez travailler plus de 8 heures par jour reflète un modèle obsolète. Le programme de travail 9-5 a été développé pendant la révolution industrielle pour les ouvriers d’usine, dont le travail était principalement du travail physique. Pourtant, la plupart du travail d’aujourd’hui est intellectuel, pas physique. Selon le psychologue Ron Friedman, «En règle générale, nous avons une fenêtre d’environ trois heures où nous sommes vraiment, vraiment concentrés. Nous sommes en mesure d’avoir de fortes contributions en termes de planification, de réflexion, de bonne parole. ”

Plutôt que de consacrer de 8 à 10 heures à des tâches peu ciblées et très distraites, consacrez de 3 à 5 heures à un débit engagé et absorbé. Vous aurez effectué plus de travail en une journée que la plupart des gens en une semaine. Vous serez également en mesure de vous engager plus pleinement dans les autres domaines essentiels de votre vie.

Pour ce faire, vous devez définir des limites et des attentes claires avec vous-même et les autres. Si vous établissez clairement les choses, vos collègues et supérieurs respecteront cela quand vous êtes absent et comprendront vous n’êtes pas disponible sauf en cas d’urgence.

La technologie

via GIPHY

Dans un monde professionnel ultra-connecté, la meilleure manière de récupérer du travail est d’établir des limites saines avec votre smartphone, ordinateur ou tablette.

Par exemple, une étude récente a révélé que l’utilisation constante de smartphones empêche de récupérer correctement du travail (et de la vie). On reste, en effet, disponible à ses notifications et on ne déconnecte jamais vraiment. En outre, l’addiction au téléphone portable se traduit souvent par un comportement impulsif, des retraits et un dysfonctionnement.

Or, en moyenne, nous vérifions notre smartphone plus de 85 fois par jour et nous passons plus de cinq heures à naviguer sur le Web et à utiliser des applications. Nous “checkons” notre téléphones plus de deux fois plus que nous pensons le faire. C’est ainsi quasiment un réflexe inconscient !

Cette mauvaise habitude tend à nous gâcher la vie et ce beaucoup plus que nous le croyons.

Voici quelques conséquences d’une utilisation malsaine du smartphone:

  • Augmentation de la dépression, de l’anxiété et du “dysfonctionnement diurne
  • Diminution de la qualité du sommeil
  • Diminution du bien-être psychologique et émotionnel
  • Diminution de l’intelligence émotionnelle
  • Augmentation du stress et diminution de la productivité

Coupez votre portable au moins une heure avant d’aller dormir

La première mesure à mettre en place est de couper votre smartphone 1 à 2 heures avant d’aller au lit. Cela permet :

  • D’avoir une meilleure qualité de sommeil et de minimiser les insomnies
  • D’être plus enthousiaste et motivé pour être productif au travail

Il est également crucial de ne pas associer son lit, sinon sa chambre à coucher avec le travail.

Posez des limites

Tout comme le travail, la technologie épuise et vous avec elle aussi, il convient de poser des limites. Ne commencez pas votre journée en vous ruant sur votre smartphone à peine les yeux ouverts. Consacrez plutôt les premières heures de la journée à faire des choses qui vous font du bien: prendre un bon petit déjeuner, à lire, à faire du sport, etc.

Ces limites sont à poser également quand vous avez terminé votre journée de travail. Arrivé chez vous, laissez votre smartphone dans un coin. Si vous le portez sur vous, vous aurez le réflexe de le consulter… Définissez un heure où vous mettez de côté tous vos supports connectés afin de vous consacrer pleinement au monde réel.

Voici quelques repères pour établir des distances avec la technologie et mieux récupérer :

  • Éviter la technologie pendant les 30 à 60 premières minutes après le réveil
  • Éviter l’utilisation aveugle d’Internet ainsi que les courriels et les médias sociaux pendant les 2 premières heures de veille
  • Éviter l’utilisation du smartphone et de l’internet pendant 1 à 2 heures avant de dormir
  • Éloigner votre téléphone de soi lorsque l’on est avec d’autres personnes (le laisser dans la voiture, à la maison ou dans une autre pièce)

Enfin, prenez l’habitude de ne pas avoir votre téléphone sur vous, tout spécialement lorsque vous êtes à la maison ou en famille.

Les gens

via GIPHY

Tout comme on a besoin de récupérer du travail et de la technologie, on a aussi besoin de récupérer des gens. Même si c’est juste 30 minutes par jour, ce moment passé en solo est essentiel pour se poser, réfléchir, anticiper et planifier.

D’ailleurs, la plupart des entrepreneurs qui réussissent savent prendre du temps pour eux-mêmes.

Par exemple, la milliardaire Sara Blakely, fondatrice de Spanx, se fait un faux trajet de 40 minutes pour aller travailler alors qu’elle n’est qu’à 5 minutes de son bureau. Elle fait cela pour se donner le temps de «penser». D’autres personnes planifient littéralement des «power hours» en solo de 60 minutes au milieu de leur journée pour penser de manière créative et stratégique.

Ce n’est pas une question d’être introverti ou extraverti. Nous avons tous besoin de temps avec les gens et de temps seul. Il est important de se consacrer des moments en tête à tête avec soi pour vivre de manière encore plus optimale le temps passé avec les autres.

Le sport

via GIPHY

Cela peut sembler étrange alors que les chiffres de la sédentarité ne cessent d’augmenter mais beaucoup de gens s’entraînent trop. Comme dans d’autres domaines de leur vie, ils préfèrent la quantité à la qualité. Or, la forme physique optimale requiert certes de l’exercice mais aussi du sommeil et de la récupération. La plupart des athlètes dorment bien plus que la majorité des gens. Ils prennent également de nombreux jours de repos pour être au top les jours d’entraînement et de compétition.

Le sportif lambda aura plus intérêt à privilégier des entraînements courts et intenses plutôt que des exercices prolongés. Quand vous faîtes du sport, soyez présent et donnez-vous à 100%. Privilégiez la qualité à la quantité. Dès lors, vous verrez que des entraînements de 30 minutes (45 max. en comptant échauffement et récupération active) vous seront davantage bénéfiques que des séances de sport longues où vous ne vous donnez qu’à moitié. Vous serez moins fatigué et vous aurez également plus de temps pour faire autre chose… C’est exactement comme pour le travail, évoqué plus haut.

Être réveillé

via GIPHY

Le sommeil est sans doute plus fondamental encore que la nourriture et l’exercice. Pourtant, de nombreuses personnes dorment trop peu et trop mal et les conséquences sur leur santé sont absolument délétères.

On estime que 60 pour cent des adultes et 69 pour cent des enfants éprouvent un ou plusieurs problèmes de sommeil quelques nuits ou plus pendant une semaine.

En outre, plus de 40 pour cent des adultes éprouvent une somnolence diurne suffisamment grave pour interférer avec leurs activités quotidiennes au moins quelques jours par mois, et 20 pour cent déclarent avoir des problèmes de somnolence quelques jours par semaine ou plus.

Une bonne qualité de sommeil génère de nombreux bénéfices:

  • Mémoire accrue
  • Vie plus longue
  • Diminution de l’inflammation
  • Créativité accrue
  • Attention et concentration accrues
  • Diminution de la masse grasse et augmentation de la masse musculaire avec l’exercice
  • Moins de stress
  • Diminution de la dépendance aux stimulants comme la caféine
  • Diminution du risque d’accidents
  • Diminution du risque de dépression
  • Etc.

Si vous essayez de compenser le manque de sommeil sain, notamment en vous gavant de caféine et autres stimulants, votre corps, votre esprit, votre travail, vos relations et tous les autres domaines en souffriront.

Notre corps a besoin de récupérer tous les jours. Lorsque l’on dort, notre cerveau et notre corps se restaurent – nous permettant de mieux penser et de mieux fonctionner pendant que vous êtes éveillé! Il est donc urgent de faire du sommeil un priorité.

Si vous vous sentez fatigué, stressé, débordé, apprenez à récupérer sans une once de culpabilité. Pensez qualité plutôt que quantité et reposez vous. La qualité de votre vie et de votre travail en dépend.

Commentaires